Editos

Editorial Newsletter Agriculture Stratégies n°1, Février 2018

Agriculture Stratégies poursuit l’action de Momagri pour renouveler l’expertise en matière agricole ! A ce titre, nous vous proposons de continuer à être destinataire de la lettre d’information mensuelle reprenant les principaux travaux parus sur notre nouveau site www.agriculture-strategies.eu . Cette Newsletter est organisée autour de 4 rubriques : Communiqués de presse, France, Europe et Monde.

Communiqué de presse :

Agriculture Stratégies : création d’une plateforme d’expertise engagée

Europe :

Actualité oblige, une large part de cette livraison est consacrée à l’Europe et plus particulièrement au débat sur le budget européen pour la période 2021-2027. D’un côté, nous saluons l’ambition du gouvernement français de donner plus de flexibilité et de limiter le pré-fléchage des fonds vers les Etats membres, car ces orientations sont indispensables pour donner au budget de la PAC l’efficacité et la plus-value communautaire nécessaire.

De l’autre, nous sommes plutôt critiques de l’approche proposée par la Commission en matière budgétaire, dans un document paru récemment, où le désintérêt pour la seule grande politique intégrée au plan européen est patent.

Enfin, pour sortir de la logique de consommation budgétaire, pour sécuriser les agriculteurs dans leur prise de risque du changement vers des pratiques plus durables, pour mieux prévenir les crises agricoles et pour sortir le vieux continent du cynisme et relancer un nouveau multilatéralisme, nous expliquons pourquoi l’Europe doit abandonner le principe du découplage.

France :

Suite aux Etats généraux de l’alimentation, une loi agricole est en préparation pour, principalement, remédier au problème du partage de la valeur ajoutée au sein des filières. Le besoin est indéniable, pour autant ne faudrait-il pas aussi mobiliser les leviers communautaires pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales et favoriser l’organisation économique des agriculteurs ?

Il est également question d’organisation économique dans l’article « Pour en finir avec la crise du lait », tant la concentration de la mise en marché du lait semble être un passage obligé pour opérer une différenciation du prix du lait en fonction de la valorisation propre à chaque transformateur, comme cela est le cas aux Etats-Unis.

Monde :

Rechercher les causes profondes des migrations devient d’autant plus prioritaire que les mouvements de population s’amplifient. Plutôt que de mettre dos-à-dos la PAC et les migrations dans le débat budgétaire, l’Europe devrait se donner les moyens d’une mise en cohérence de son action car aujourd’hui les Accords de Partenariat Economique (APE) avec l’Afrique comme la PAC continuent de vider les campagnes.

Comme le montre l’agro-économiste marocaine Fatima Ezzahra Mengoub, les besoins d’investissement dans l’agriculture africaine sont pourtant énormes pour exprimer son potentiel et véritablement enclencher une stratégie de développement basée sur l’agriculture. Pour preuve, le taux de couverture des exportations de produits agricoles par les importations continue de se dégrader pour n’atteindre plus que 77% en 2015 contre 102% vingt ans plus tôt.

Enfin, avec Sophia Murphy de l’Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP), on s’interroge sur l’avenir de l’OMC suite à l’échec (annoncé) de la ministérielle de Buenos Aires. Si les bases actuelles des négociations ne sont pas les bonnes, un renouveau du multilatéralisme semble nécessaire. Sophia Murphy énonce ainsi 4 quatre principes-phares pour aller en ce sens.

Bonne lecture de cette première lettre d’information !