Idées et opinions

Faim dans le monde: une décennie d’efforts gâchés d’après le dernier rapport de la FAO

Pour la deuxième année consécutive, la FAO tire la sonnette d’alarme sur la faim dans le monde : le nombre de malnutris s’est remis à augmenter. Atteignant 821 millions de personnes en 2017, contre 804 millions en 2016, le rapport SOFI1 nous montre que la faim dans le monde a retrouvé des niveaux qu’elle n’avait plus connu depuis 2009. Les régions subissant les principales dégradations sont l’Afrique et l’Amérique du Sud.

Les principales causes pointées du doigt sont les conflits, les changements climatiques et les évènements extrêmes climatiques. Pour la FAO, la prévalence grandissante d’épisodes de sécheresse ou d’inondations, les augmentations de températures et les changements de quantité et de période de précipitations sont les principaux facteurs ayant mené à la hausse de la faim dans le monde.

Ces épisodes nuisent fortement à la production agricole des pays touchés, et la FAO pointe du doigt des variations inter annuelles de 80% de la production agricole dans certains pays à cause d’épisodes climatiques extrêmes. Et si la production locale est déficiente, le recours à des importations n’est d’aucune aide. En effet, la FAO souligne que les pics et la volatilité des prix qui accompagnent ces manques de production limitent fortement l’accessibilité de la nourriture. D’autant plus que ces pics de prix peuvent se prolonger de manière durable dans le temps. Et comble du comble, les crises alimentaires et économiques qui en découlent touchent en premier lieu les agriculteurs et les ruraux !

Le cumul de ces phénomènes climatiques et des épisodes de crise alimentaire finissent par mener à « l’effondrement des mécanismes de réponse et la perte de moyen de vivre et être un facteur significatif menant aux migrations et aux déplacements forcés ». Comme l’avait pointé du doigt la FAO en 2016, migrations, agriculture et développement rural sont intimement liés2.

On ne saurait souligner suffisamment le rôle clé que joue l’agriculture dans la lutte contre les effets dus aux changements climatiques, les crises alimentaires et les migrations. Source d’emploi, de nourriture et de stabilité, l’agriculture est le secteur clé dans lequel il faut s’investir si l’on souhaite remplir les Objectifs du Développement Durable, tant au niveau national que sur la scène internationale.

 

Christopher Gaudoin, chargé de veille et d’analyse pour Agriculture Stratégies

 

http://www.fao.org/state-of-food-security-nutrition/fr/

http://www.fao.org/3/a-i6064f.pdf

Tags

Sur le même sujet