Editos

Editorial newsletter Agriculture Stratégies n°3, Avril 2018

Bonjour,

Au sommaire de cette nouvelle newsletter :

Vers une OPEP du Cacao ?

Ce nouveau numéro laisse une place importante à la question de la maitrise de l’offre. Ce sujet est en effet au cœur des initiatives entreprises par les pays producteurs de cacao pour remédier à la baisse des prix qu’ils subissent depuis 2015. Contrôler l’offre semble en effet le seul moyen de rééquilibrer des filières où l’aval est très concentré. Des enseignements pour l’Europe agricole ?

Un étonnant parallèle entre l’acier et le lait

Maitrise de l’offre, encore. Comme le met en évidence Steve Suppan, derrière le bras de fer entrepris par Donald Trump sur l’acier, il est question de la réduction des surcapacités de production et donc de la répartition entre pays de cette réduction. Car, dans toute industrie lourde, l’ajustement par les prix est trop lente pour ne pas être accompagné par d’autres mesures. D’où le rapprochement opportun qu’il effectue avec la crise du lait qui touche maintenant les Etats-Unis, jusque-là épargnés : plutôt que d’attaquer les quotas canadiens, les Américains devraient-il plutôt copier la régulation à la canadienne ?

Le contrôle de l’offre au cœur du succès des produits sous indication géographique

Maitrise de l’offre, toujours. Un récent rapport de la FAO propose une analyse des facteurs de succès de 9 indications géographiques protégées réparties sur 5 continents. Il apparait qu’améliorer l’organisation des producteurs pour leur permettre de peser sur la formation du prix, soit par le contrôle de l’offre soit par la négociation collective du prix, constitue l’un des principaux facteurs de succès des produits sous indications géographiques.

En Chine, des prix des céréales qui font rêver … et qui devraient faire réfléchir

Le prix du blé chinois est plus de deux fois supérieur au prix européen grâce à une politique de prix minimums garantis. La Chine serait-elle une exception ? Non, au contraire, c’est l’Europe qui est le seul grand producteur, à n’avoir ni la vocation exportatrice des grandes plaines russe, ukrainienne ou argentine, ni les moyens de protéger ses producteurs avec des aides contracycliques comme les Etats-Unis ou le Canada, ni la volonté de se protéger contre des prix internationaux de dumping. Une réflexion stratégique serait-elle nécessaire pour sortir de l’impasse ?

Comment permettre le développement d’une production de lait local en Afrique ?

Un récent rapport du GRET propose un panorama détaillé et opérationnel sur l’intérêt et les moyens pour permettre le décollage de cette production, en prenant exemple notamment sur le succès grandissant des filières volailles locales. Est notamment mis en avant l’exemple du Nigéria où un accord a été passé entre l’Etat et les entreprises produisant à partir de poudres importées pour permettre de passer à moyen terme de 3% à 10% la part d’approvisionnement local.

Les aides contracyliques plus que jamais pierre angulaire du Farm Bill

Enfin, nous vous proposons une analyse de l’Université de l’Illinois des dernières prévisions budgétaires du Congrès américain où il est envisagé une montée en puissance du programme contracyclique sur prix de référence (Price Loss Coverage), compte tenu de sa meilleure performance à faire face à une période prolongée de prix bas.

Bonne lecture !

La rédaction d’Agriculture Stratégies