ArchivesEditos

Newsletter n°9 : Partage de la valeur dans le secteur laitier, Cour des Comptes, guerre commerciale, gestion de l’offre et politique sucrière

Télécharger le PDF

Bonjour,

Ce mois-ci, nous vous proposons :

Enseignements de la politique laitière américaine en matière de partage de la valeur ajoutée, une voie de réforme de la PAC pour réorganiser la production laitière française

Cette étude conduite par Agriculture Stratégies s’est intéressée à la politique laitière américaine, et en particulier aux offices fédéraux de commercialisation du lait. Les caractéristiques du lait empêchent une formation spontanée des prix et induisent une dépendance économique entre les maillons de la production et de la transformation. En transposant les formules de prix américaines, le prix du lait en France aurait été de 13% supérieur sur les 10 dernières années. La prochaine réforme de la PAC devrait être l’occasion pour les pouvoirs publics d’accompagner une réorganisation des producteurs laitiers français.

La Cour des comptes européenne évalue la proposition de la Commission sur la PAC post 2020 : Requiem pour une réforme avortée ?

Dans un nouveau rapport sur la PAC, la Cour des comptes européenne s’attaque frontalement aux propositions faites par la Commission. Au-delà de la critique renouvelée du maintien des aides découplées, du manque d’évaluations et de l’absence de vision stratégique, la Cour des Comptes remet en cause l’étape supplémentaire dans la renationalisation que porte cette proposition : elle n’est pas conforme aux traités européens qui veulent que la Commission soit responsable de la mise en œuvre du budget communautaire.

Audition de Jean-Luc Demarty au Parlement Européen : un directeur du commerce ne devrait pas dire ça …

Nous avons retranscrit et traduit l’audition de Jean-Luc Demarty, directeur de la Dg Trade, au Parlement européen en juin dernier. On retiendra en particulier l’aveu que les aides découplées de la PAC sont indéfendables à l’OMC. Pour autant, il s’agirait de continuer à mettre la poussière sous le tapis ! En outre, on peut douter que ce soit en faisant de la Chine un bouc émissaire à tous les maux du commerce international, et en reprochant à Donald Trump de ne pas avoir lu Adam Smith, que l’Union européenne sera force de proposition pour construire un nouvel ordre économique international plus que jamais indispensable.

Enquête anti-dumping de la Chine contre les exportations d’orge australiennes : un effet boomerang ?

Face à l’excès de zèle de l’Australie dans ses attaques à l’OMC, la Chine a récemment décidé de répliquer en entreprenant une enquête anti-dumping contre l’orge australien. Weihuan Zhou, maitre de conférences à l’Université de Sydney, nous explique qu’il n’y a rien d’anodin : 52% des exportations australiennes de cette céréale sont à destination de l’empire du Milieu. De quoi rappeler aux exportateurs qu’ils sont aussi dépendants des importateurs.

Les producteurs américains de canneberges sacrifient une partie de leur production pour sortir de la crise

Les crises de surproduction sont fréquentes en agriculture, et tout particulièrement dans le secteur des fruits et légumes. C’est à cela que sont confrontés les producteurs de canneberge américains cette année. Pour autant ces derniers, comme d’autres, disposent des moyens de préserver leur marché, grâce aux offices de commercialisation qui existent depuis 1937 et qui permettent réguler intelligemment l’offre via le stockage collectif ou la destruction d’une partie de leur récolte.

La politique sucrière en Thaïlande : une remise en cause récente

Pour le quatrième volet de notre série sur le sucre nous traitons d’un des plus importants exportateurs mondiaux de sucre : la Thaïlande. Le secteur s’est fortement développé grâce à une politique de régulation volontaire incluant système de triple quotas analogue au système européen, des prix minimums sur le marché intérieur, un système de partage de la valeur entre producteur et transformateur, des protections tarifaires aux frontières et des aides pour l’aval de la filière. Cette politique a été remise en cause par le Brésil en 2016 à l’OMC, et une large réforme a été entamée, détruisant les régulations en place. L’ajustement de la production par les prix étant en grande partie une illusion, il faut surtout espérer des programmes annoncés par la Thaïlande visant à planter davantage de palmiers à huile à la place de la canne à sucre, pour que les excédents thaïlandais cessent de dumper le marché international.

Nous vous souhaitons une bonne lecture, et de bonnes fêtes de fin d’année !

A l’année prochaine !

Sur le même sujet